Les étapes de l'accompagnement aux personnes souffrantes

Première étape: le militant "Vie Libre", comme tous les malades de l'alcool, fait de son mieux pour que le plus défavorisé prenne conscience de sa maladie.

 

Deuxième étape : elle consiste à orienter la personne vers un médecin. en réalité, il nous faut bien souvent l'accompagner en consultation auprès d'un médecin alcoologue qui décidera des soins appropriés.

 

Troisième étape : le suivi après les soins. Difficile dans tout les cas, davantage encore pour une personne fragile. chacun de nous doit observer une grande attention et offrir une aide plus importante afin que ce nouveau, cette nouvelle, apprécie de se retrouver dans une ambiance familiale.

 

Souvent, le militantisme qui nous anime nous pousse à aller plus loin. Il arrive que l'homme qui a tout perdu soie sans argent ; nous ne pouvons le le laisser ainsi sans avoir de quoi manger ou s'habiller. Il faut alors aller ensemble vers les associations caritatives qui sont nos partenaires : Restaurants du coeur, Croix rouge, etc...

 

Il convient également de trouver un logement au malade afin que ce dernier puisse dire: "je suis chez moi". L'ensemble de l'équipe tentera également de meubler son habitation afin de rendre son "nouveau nid" aussi confortable que possible. Viendra ensuite le moment de lui trouver un travail. La plupart l'ont perdu. Trouver un employeur n'est pas une chose facile actuellement, mais ensemble, nous chercherons une formation rémunérée pour réinsérer le malade dans le monde du travail.

 

Notre Ami n'a plus de vie familiale, ni de lieu sain ou se réfugier. il faut alors que l'équipe "Vie Libre" l'accueille avec une attention particulière au sein de son groupe. Des permanences, parfois quotidiennes, dans un local accordé par la municipalité, permettent également de dialoguer et de partager des instants d'amitié.

 

Il faut surtout veiller à l'encourager à assister à nos réunions qui lui serviront de thérapie pour se conforter dans une abstinence heureuse et définitive.

 

Enfin pour qu'il retrouve son équilibre et se sente reconnu, il est important de lui donner, pour débuter, une petite responsabilité dans un de nos groupes ou au sein de l'une de nos activités.

Par la suite il pourra de manière autonome prendre d'autres responsabilités.

 

Expliquer ce que nous faisons au service de personnes et de familles très fragilisées... C'est bien. Le montrer très concrétement... C'est beaucoup mieux...



04/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres